Copyright 2017 - Custom text here

TVA Nouvelles, 28/11/2016

Malgré la controverse, la province de l’Alberta compte aller de l’avant avec son programme d’abattage de loups pour les trois prochaines année, dans le but de sauver la population de caribous, a rapporté le «Calgary Herald».

À l’aide d’un hélicoptère utilisé pour repérer et attraper avec un lance-filet les caribous afin de les marquer, les agents de la faune vont aussi abattre les loups qu’ils croiseront durant l’hiver. Du poison est également utilisé pour contrôler la population de canidés depuis l’entrée en vigueur du programme, en 2005.

Cette année, ce sont entre 100 et 200 prédateurs qui devraient être abattus, a estimé Dave Hervieux, spécialiste de la conservation des caribous pour le ministère de l’Environnement et des Parcs de l’Alberta. «En l’absence de mesures pour réduire la mortalité et éliminer la spirale démographique négative, il n’y aura plus un seul caribou», a-t-il expliqué.

Les techniques employés font toutefois tiquer des défenseurs des droits des animaux. «C’est difficile d’atteindre un animal qui bouge rapidement lorsque tu es dans un hélicoptère», a évoqué Paul Paquet, un professeur de l’Université de Calgary et militant spécialiste des carnivores. Quant à la strychnine, «c’est un poison horrible... tu meurs par manque d’oxygène», a-t-il ajouté.

M. Paquet a aussi des doutes sur l’efficacité de l’abattage des loups. «Dans les zones où ils n’abattent pas de loups, les hardes de caribous réagissent de la même façon que là où ils les abattent», a souligné le spécialiste.

La diminution du territoire de l’imposant cervidé en raison de l’exploitation pétrolière expliquerait davantage l’extinction progressive du caribou que la prédation, estiment plusieurs experts.

Lire l'article complet