Copyright 2017 - Custom text here

Futura Planète, 06/04/2017

De plus en plus de loups se rapprochent des habitations humaines et se nourrissent de bétail ou de déchets plutôt que d'animaux sauvages. Le loup peut-il être à nouveau domestiqué, comme cela s'est produit il y a des milliers d'années ?

 

Parce que les environnements changent, que l'Homme occupe de plus en plus d'espaces naturels, il ente en contact avec d'autres espèces. Des animaux sauvages tirent profit de ce rapprochement en se nourrissant d'aliments issus de l'activité humaine, comme du bétail ou des déchets alimentaires.

Le loup n'échappe pas à cette tendance. Dans différents endroits du monde, il semble prendre une voie qui pourrait l'amener à ressembler à un chien... C'est en tout cas la conclusion d'une étude parue dans BioScience, réalisée par l'équipe de Thomas Newsome, un biologiste de l'évolution de l'université Deakin à Melbourne.

En 2014, il a étudié les populations de dingos dans le désert Tanami en Australie. Comme le rapporte Sciencemag, il a montré que les dingos sauvages qui mangent de la nourriture humaine dans des sites de gestion des déchets deviennent plus gras et moins agressifs. Ils avaient tendance à s'accoupler avec des chiens locaux. Ces dingos qui s'alimentent dans les poubelles forment une population génétique distincte de ceux restés plus sauvages : ils commencent à s'isoler génétiquement. C'est une première étape vers la création d'une nouvelle espèce.

Cette fois-ci, le biologiste et ses collègues ont analysé des études sur les grands carnivores qui vivent près des humains. Par exemple, les lions d’Asie qui vivent dans le parc national de Gir, en Inde, ont commencé à tuer et à manger du bétail et sont devenus moins agressifs vis-à-vis des humains et des touristes.

D'après le chercheur, l'alimentation humaine représente environ 32 % du régime des loups gris dans le monde. Les loups vivent surtout dans des régions reculées d'Eurasie ou d'Amérique du Nord. Mais certains s'approchent des zones habitées. En Grèce, ils mangent des cochons, des chèvres et des moutons. En Iran, ils se nourrissent de poulets, de chèvres et de déchets. Ce qui peut laisser penser qu'ils vont changer.

Lire l'article complet