Copyright 2017 - Custom text here

La France Agricole, 02/08/2017

Frustration autour de l’arrêté autorisant le tir de 40 loups jusqu’en juin 2018. Nicolas Hulot se dit insatisfait : «je l’ai signé parce que le calendrier m’y obligeait».

« Cet arrêté ne me satisfait pas du tout, parce qu’il ne règle rien », a répondu Nicolas Hulot sur France Inter, ce 2 août 2017, au sujet du texte signé le 18 juillet avec le ministre de l’Agriculture. 

Ce texte autorise le prélèvement de 40 loups jusqu’au 30 juin 2018.

« Le calendrier m’y obligeait »

À l’antenne, Nicolas Hulot a rappelé son mécontentement. « Je l’ai signé, parce qu’encore une fois, il y avait un calendrier qui m’y obligeait. Mais, évidemment, donner l’autorisation de 40 prélèvements, ça ne correspond à aucune rationalité pour moi. » 

Le ministre aspire à « plus de cohérence » à l’avenir, et souhaiterait notamment comprendre pourquoi les systèmes de protection ne fonctionnent pas.

« J’ai deux oreilles et un cœur : une oreille pour les loups, une oreille pour les brebis, et je dirais même une oreille pour les éleveurs, poursuit-il. On ne peut pas fermer les yeux, il y a une situation de détresse chez les éleveurs. Et je pense qu’il doit y avoir de la place pour le loup, mais aussi pour le pastoralisme. »

Lire l'article complet