Copyright 2017 - Custom text here

ledauphine.com, 06/28/2017

Le Haut-Alpin Pierre Rigaux, responsable de Cap Loup, a pourtant l’habitude de côtoyer les éleveurs.? Cette fois-ci, la cohabitation a dégénéré. 

Alors que plusieurs centaines d’agriculteurs et d’élus étaient rassemblées hier matin, à Sévérac-le-Château, dans l’Aveyron pour manifester contre les attaques de loups, le défenseur du grand canidé s’est fait prendre à partie.

Pierre Rigaux aurait été brutalisé par une vingtaine de participants, alors qu’il tentait de donner une interview à une équipe de France 3. «Ils se sont d’abord interposés entre la caméra et moi et m’ont expulsé des lieux», rapporte le responsable de l’association de défense des loups. 

Lorsque l’interview a repris à l’écart, les éleveurs seraient revenus à la charge. «Ils m’ont poussé puis tombé dessus. Au sol, j’ai reçu plusieurs coups de poing», témoigne-t-il.

Ses lunettes volent en éclats mais il réussit à sauver son appareil photo. «En fait, ils n’ont pas supporté qu’un défenseur des loups se fasse interroger par les journalistes», croit savoir Pierre Rigaux, lequel a été extrait par deux agents des renseignements territoriaux. 

«Sans eux, je ne pourrais peut-être pas vous parler aujourd’hui, estime-t-il. J’ai eu très peur».

Le Haut-Alpin dit avoir été insulté au passage par un maire isérois. Il m’a lancé?: “Vous êtes un nazi”.» Le responsable de Cap loup devrait déposer plainte pour coups et blessures auprès de la gendarmerie de l’Aveyron.

Lire l'article complet