Copyright 2017 - Custom text here

Le matin, 06/09/2016 

Une large étude internationale montre clairement que tuer des loups qui jouent un rôle essentiel dans la structure familiale et la recherche de nourriture augmente le risque d'attaques contre le bétail.

 

Dans le monde entier, autorités, chasseurs et éleveurs recourent à la solution de facilité, qui consiste à abattre les prédateurs pour éviter les dommages aux troupeaux. Les nouveaux résultats publiés dans la revue scientifique «Frontiers in Ecology and the Environment» montrent toutefois qu’en agissant ainsi, ils créent souvent plus de problèmes qu’ils n’en règlent.

 L’étude, qui repose sur une base de données internationales et complètes, tire des conclusions très claires:

• Les méthodes mortelles (comme la chasse, les appâts empoisonnés ou les pièges) ne sont pas une solution aux problèmes des éleveurs, mais ont souvent pour effet d’aggraver les problèmes existants: un recul minimal et limité dans le temps des attaques sur les animaux de rente est atteint dans seulement 29% des cas. Dans 43% des cas au contraire, les dégâts aux troupeaux sont plus nombreux qu’avant l’abattage du prédateur.

• Les méthodes épargnant les animaux (comme les mesures de protection des troupeaux ou les systèmes de dissuasion visuels tels que rubans répulsifs) sont au contraire efficaces. Dans 80% des cas étudiés, les pertes d’animaux de rente ont nettement diminué.

Lire l'article complet