Copyright 2018 - Vent d'ici

Gérardmer Info, 18/02/2017

L'Estonie, destination sauvage

J’habite dans le Sud de l’Estonie, dans une cabane perdue au milieu des bois. Ici, seulement 2 habitants au km2. De quoi pousser la faune sauvage à s’aventurer hors des forêts. Avez-vous déjà vu le loup ? Moi oui, et je garde un souvenir très émouvant de cette première fois.

Hunt, le maître des bois

Le 14 février est apparue dans mon jardin la plus étonnante des coïncidences : un loup (Hunt, en estonien) ! Il trottait nonchalamment, s’est arrêté une seconde, m’a fixée de ses yeux profonds puis a repris sa route, laissant derrière lui une empreinte astronomique. 

Le soir même, j’ai capté une rumeur sauvage, des hurlements à deux pas puis le souffle d’un gibier traqué : mon loup était revenu, en meute. J’en ai parlé autour de moi : observer le loup chez soi est un phénomène… rare. Pourtant, l’Estonie abrite une importante population : 200 individus pour un espace de 45 339 km2, reliquat d’un passé glorieux au cours duquel le loup fut vénéré.

La langue estonienne est le mémorial de ce culte d’antan. Maître des bois le loup, mais également maître des mots puisque pas moins de 500 euphémismes et autres allitérations existent pour le désigner ou y font allusion.

Lire l'article complet