Copyright 2018 - Vent d'ici

Le Temps, 10/06/2016 

Marie-Thérèse Sangra, secrétaire régionale du WWF Valais, s’oppose à la remise en question du statut d’espèce protégée du loup réclamée par plusieurs interventions actuellement débattues au parlement fédéral

 

La Suisse est réputée pour ses beaux paysages, ses montagnes sauvages et sa nature intacte. S’agit-il d’un mythe identitaire ou d’une réalité? Le retour naturel du loup sur ses terres d’antan cristallise cette question en faisant ressortir deux conceptions de la nature aux antipodes l’une de l’autre.

Nos espaces naturels doivent-ils être jardinés et entretenus méticuleusement ou sont-ils le lieu pour la «vraie vie sauvage», celle qui échappe – en partie – au contrôle et à la domination de l’être humain?

Pour les partisans du loup, la nature doit pouvoir évoluer et fluctuer selon ses cycles et les lois de sa propre dynamique. Rapportée au loup, la question est celle de savoir s’il faut le réguler, parce qu’il exerce un impact sur la faune sauvage, lorsqu’il chasse des ongulés, ses proies naturelles.

Lire l'article complet