Copyright 2017 - Custom text here

Le loup est carnivore et doit donc tuer pour se nourrir. Mais son régime alimentaire varie selon les lieux et les saisons. Il chasse surtout les mouflons, les chamois, les cerfs et les sangliers. Il lui arrive parfois d'attraper de petits animaux comme le lièvre et les oiseaux, ainsi que des champignons et des baies sauvages.

Dans le Grand Nord, le loup préfère manger des petits rongeurs, les lemmings, plutôt que les rennes, pourtant plus charnus car les rongeurs sont beaucoup plus gras que les rennes. Cette graisse stockée par l'organisme le protège du froid.

 

Généralement, le loup ne poursuit que des animaux faibles, bêtes âgées, blessées ou malades. Il contribue ainsi à conserver le reste du troupeau en bonne santé. Le loup joue comme cela son rôle de régulateur en empêchant que certaines espèces ne prolifèrent trop, au risque de détruire les forêts et les cultures. Sans les prédateurs, ces animaux deviennent trop nombreux et meurent de faim faute de nourriture.

Le loup possède une ouïe et un odorat très sensibles, qu'il utilise couramment quand il chasse. Sa vision saisit mieux les sujets en mouvement que les formes immobiles. Quand la nourriture est abondante, le loup mange beaucoup et digère vite. Prudent, il constitue souvent des réserves, qu'il enterre. Il se montre très frugal pendant les périodes de pénurie : il est capable de jeûner une dizaine de jours sans problème.

Ils ne chassent pas comme les chiens la truffe collée au sol, mais les oreilles dressées et le nez au vent, attentifs aux effluves et aux bruits qu'une brise peut leur apporter. Grâce à une étude, dans l'Isle Royal, au Canada, on sait qu'un loup perçoit l'odeur d'un orignal à 300 m environ. Il s'immobilise alors, la truffe pointée dans la direction de la proie. A ce signe tous les autres lèvent la têe pour analyser l'odeur. Chacun alors, remue la queue et fait des bonds. Puis gardant le silence malgré leur excitation, ils s'approchent le plus possible , contre le vent.